Babelio

Mon profil sur Babelio.com

dimanche 23 juin 2019

L'assassin aux perles

Synopsis : 

Londres, décembre 1843. Le corps d'une deuxième femme vient d'être découvert. Sans doute l'oeuvre du tueur que la presse a surnommé « l'assassin aux perles ». Faute de résultats, le détective Harry Davis se voit contraint de céder sa place à Dorian Griffiths, un jeune inspecteur de la police métropolitaine. Ambitieux, il compte bien résoudre rapidement cette affaire. Mais c'est sans compter la perversité et le génie du meurtrier qui ne laisse aucune trace. Scotland Yard se retrouve dans l'impasse, alors que les crimes se poursuivent. Pour faire avancer cette enquête complexe, Griffiths en appelle au Dr Johnstone, un expert médico-légal confirmé qui dirige une entreprise de pompes funèbres. Trinity Johnstone, sa fille, a en charge la toilette mortuaire, l'embaumement et l'organisation des cérémonies funéraires. Sa vie semble parfaitement réglée. Si ce n'est qu'elle est agoraphobe. Son quotidien, lugubre et pesant, est pourtant très confortable comparé à ce qu'elle a vécu, il y a plus de treize ans. Et en effet, derrière la façade d'une femme séduisante, intelligente et appliquée, se cache, en réalité, une âme complètement meurtrie. Depuis de longues années, elle embrasse le doux rêve d'affronter le monde extérieur. Mais, en vain. À chaque tentative, ses espoirs s'amenuisent, jusqu'au jour où... l'inspecteur Dorian Griffiths entre dans sa vie. Malgré des tempéraments a priori incompatibles, ils sont, au fil de leurs rencontres, irrésistiblement attirés l'un vers l'autre. 

Avis : 

Tout d’abord je tiens à remercier Eve Ruby Lenn pour m’avoir envoyé son livre en sp ! 

Ce livre m’a surpris du début jusqu’à la fin, tout d’abord l’héroïne : Trinity, que l’on découvre dans les premières pages est une jeune fille assez mystérieuse et sombre, on ne sait pas toute de suite pourquoi, mais on apprend par la suite qu’elle cache de lourd et sombre secrets… Ce qui m’a étonné le plus, c’est qu’elle n’est pas plus mise en avant que cela dans le roman, je m’explique : ce roman relate l’histoire d’un tueur en série qui laisse sur ses victimes une perle quelque part sur leur corps, Trinity est la fille du plus grand coroner de l’Angleterre et sous la contrainte d’un certain inspecteur Dorian, il sera obligé d’effectuer les autopsies des victimes du tueurs aux perles, Trinity elle, ne fait parler d’elle qu’à la fin du roman lorsqu’elle dévoile ses secrets, et j’ai été un peu déçu de ne pas la voir plus que cela dans le roman, au début, elle me faisait plus penser à une figurante qu’à une héroïne.  
Comme vous l’aurait certainement compris, on ne va donc pas suivre les pas de Trinity, mais ceux de l’inspecteur Dorian, l’inspecteur qui a remplacé le détective Harry Davis. Dorian se retrouve donc à enquêter sur ce mystérieux meurtrier. J’ai beaucoup aimé ce personnage, il a les pieds sur terre, il n’a pas eu une vie toute rose mais malgré cela, il veut à tout prix aider son prochain, et il se retrouvera donc fort décontenancé quand chaque piste qu’il suit se solde par un échec, jusqu’à un fameux évènement... 

J’ai adoré me plonger dans l’Angleterre des années 1800, c’est -je trouve- une période très riche tout d’abord historiquement parlant, mais très riche également en termes de littérature, tous les bons livres (avis personnel) ont un rapport avec cette année, je suis une très grande fan de Sherlock Holmes, Enola Holmes, Autopsie etc donc je savais d’ores et déjà que j’allais beaucoup aimé ce livre si l’auteure arrivait à maîtriser cette époque. Et ce fut chose faites ! Non seulement par la maîtrise de l’époque, mais également en grande partie grâce à la fin de ce livre, qui est absolument génial ! Je ne m’y attendais pas une seconde et je pense que c’est le cas pour tous les lecteurs de “L’assassin aux perles”, personne ne peut s’attendre à une fin pareille !  
L’ambiance est très prenante également, on est vraiment plongé dans cette époque avec ses mœurs particulières et ses façons de vivre qui sont différente des nôtres, l'auteure arrive vraiment à nous immerger dans son monde, il y a une très très légère touche de fantastique, pour ceux qui n’aime pas tellement cela dans les livres policiers, rassurez-vous, vous la remarquerez à peine ! Les descriptions sont clairement fantastiques ! Moi qui déteste ça, je les ai trouvés super ici ! Elles permettent vraiment de s’immerger un peu plus dans ce monde et dans les pensées des personnages sans pour autant être trop lourdes dans le récit. 

J’ai passé un excellent moment avec ce roman qui m’a clairement retourné le cerveau ! Le dernier en date qui m’avait laissé dans le même état, c'était "La vérité sur l'affaire Harry Quebert” de Joël Dicker, lui aussi m’avait complètement chamboulé ! Petite déception : il n’y a pas assez de page !!! Je veux plus de Dorian et de Trinity ! XD  

lundi 3 juin 2019

Shaena

Synopsis : 
Quand Connor revient à CastleWhite après neuf ans d’absence, c’est pour constater que les desseins de son père, le seigneur de Caithness, n’ont pas changé à son égard : quoique grabataire et alcoolique, il n’a pas renoncé à le contraindre à épouser la fille de leur pire ennemi : le jarl des Orcades. Une Scandinave ! Quand tout le monde sait que c’est à ces chiens de Vikings qu’on doit la mort de Tormond !  Connor est catégorique. S’il doit se marier un jour, ce sera avec une Ecossaise. Jamais il n’épousera cette sauvageonne dont il a gardé le souvenir, une gamine d’à peine dix ans, maigre, plate et farouche.  Peu importe qu’elle ait grandi, peu importe sa beauté, ce que leurs pères peuvent comploter. Peu importe qu’il soit devenu homme, peu importe qu’elle soit devenue femme. Rien ni personne ne le fera changer d’avis.  Pas même elle. 
Avis : 
Encore une fois, je viens vous présentez le tout nouveau bébé d’Aurélie Depraz : Shaena. Après avoir voyagé près des côtes danoises et en France, on retourne enfin dans le pays que je préfère pour son histoire mais également ses paysages : l’Ecosse. On y était dans “pour l’amour d’une Sasunnach” et j’avais hâte de me re-plonger dans un roman historique écrit par Aurélie et en Ecosse. Bien que sa plume et les autres pays soit géniaux, j’ai toujours ce petit penchant pour l’Ecosse, après tout, “Pour l’amour d’une Sasunnach” est le premier roman d’Aurélie que j’avais lu et ça avait été un véritable coup de cœur pour moi ! Et en ce temps de stress à cause de mon bac, lire un roman d’amour avec toujours ce côté historique très précis (qui est clairement la marque de fabrique d’Aurélie !) m’a fait énormément de bien. 
De quoi parle ce nouveau roman ? C’est l’histoire d’une jeune homme -Connor- qui est en quelque sorte obligé de revenir sur le domaine familial pour reprendre la relève de son père, ça ne devrait pas être son rôle, mais son père meurt à petit feu après le décès de son épouse, et son frère -l’ainé- est mort lui aussi. Alors cette lourde tâche lui revient. Et quelle tâche ! le château est dans un état catastrophique ! Et pour couronner le tout, son très cher père alcoolique veut toujours le marier à la fille de ses pires ennemis : une Scandinave. C’est lors de cette annonce que Connor s’était enfuit du château avec son meilleur ami Sean, il ne pouvait pas accepter de se marier avec les responsables de la mort de son grand frère : Tormond. Et pourtant !  
Que dire de plus que d’habitude ? Aurélie maîtrise toujours aussi bien l’Histoire et nous apprend de nouveau mots et faits historiques à chaque roman ! Le personnage de Connor est, je trouve, le personnage le plus travaillé, aboutit de tous les personnages des romans d’Aurélie Deprazle pourquoi est assez compliqué à expliquer, mais pour moi c’est celui qui a été le plus travaillé, c’est avec lui que j’ai ressentis le plus d’émotion : la tristesse, la révolte, la colère, le dégout mais aussi la joie, l’amour, la fierté, l’admiration, l’amusement, l’espoir... Bref c’est LE personnage sur lequel j’ai craqué et avec lequel je me suis le plus “entendu” on va dire, ses réactions aurait pu tout à fait être les miennes, et ceci aide à "créer” des liens et surtout à s’approprier le personnage en quelque sorte, à s’y attacher.  Sa douleur m’a énormément touché dès les premières pages tout comme ses moments de joie.  
Ensuite, parlons un peu de l’héroïne, notre petite scandinave nommée (je vous laisse deviné...) Shaena ! Fille du jarl Haraldsson (un homme tout à fait répugnant) Shaena est, contrairement à Connor, plutôt intéressait par ce mariage arrangé, et je peux la comprendre avec un père pareil, moi aussi je voudrais m’enfuir vite fait bien fait ! Mais est-ce vraiment la seule raison ? Il semblerait que Shaena est succombé au charme de Connor... Mais Shaena va être non seulement forcé à se rendre à CastleWhite (la demeure de Connor) mais également forcé à être défloré par un guerrier de son père pour être “expérimentée” et dégourdis avec son futur mari. Malgré son courage, j’ai trouvé Shaena un peu... Niaise je dirai aux premiers abords, je ne m’attendais pas à faire face à une jeune femme rebelle bien évidement, mais une femme un peu plus imposante. Mais finalement elle m’a réservé une très bonne surprise ! Je n’irai pas jusqu’au coup de cœur, mais Shaena est une femme très courageuse et un exemple à suivre.  
Concernant la trame du livre, en premier lieu j’ai trouvé la rencontre entre Shaena et Connor assez originale, et, elle m’a fait penser à l’entrée au bal du Duc de Nemours dans La Princesse de Clèves (le bac de français aura ma peau !) par rapport à leur entrée assez fracassante et chevaleresque. Le reste du roman m’a beaucoup plus, comme d’habitude la romance est a croqué, et la fin j’ai adoré !  
Les romans d’Aurélie sont toujours des pures merveilles, j’adore les lire car contrairement aux autres romans historiques romancés, Aurélie fait un parfait mélange des deux genres pour nous faire voyager et rêver !   

Comme une aurore dans la brume

Synopsis :     Sørjevik , Norvège, 871     Haakon est furieux. Son jarl et meilleur ami,  Loken , lui a imposé de s’occuper de la ...