Babelio

Mon profil sur Babelio.com

samedi 2 juin 2018

Samantha Carter et les vampires : Les Chasseurs


- J'imagine que vous n'avez pas un bain ou un endroit où je pourrais, vous savez, me rafraîchir.
-Comme je le disais, la rivière est par là.
Synopsis :
Samantha Carter croit qu’un vampire est responsable des meurtres ignobles de quatre femmes à Londres. Désireuse de prouver la nature du tueur, elle le poursuit dans le métro tard la nuit. Mais Samantha n’arrivera pas à la station suivante — elle sera plutôt entraînée dans une toute autre aventure qui la fera voyager dans le temps jusqu’au Far West, où l’amitié, le désir et même l’amour flirtent avec la mort. Pour arriver à survivre, elle devra découvrir à qui elle peut accorder sa confiance — et quand elle doit résister à la tentation. Les cauchemars de Sammy sont sur le point de se concrétiser — les vampires existent et sont encore plus dangereux que tout ce qu’elle avait imaginé…
Avis :
                J’ai acheté ce livre la première fois que je suis allée à Cultura. Il était caché dans un tout petit recoin d’une étagère, la seule raison pour laquelle je l’ai remarqué c’est la petite étiquette « 9,99$ », je me suis dit : « tient c’est bizarre, un livre en anglais dans la section française. » et puis en finalement pas du tout, le livre était bien en français ! J’ai ouvert le livre au premier chapitre est lu les deux première phrases, et c’est ce qui m’a décidé. Mais je n’avais pas vu qu’une très grande partie de l’histoire se passait au Western dans l’année 1888, chose un peu dommage car ce n’est pas une époque dont je raffole, mais dans ce livre, l’univers Western m’a plus, découvrir certaines choses sur le quotidien des personnes (par exemple, comment se brossaient-ils les dents) était agréable. Bien sûr ce n’étais pas le thème principal ! Le thème principal, justement c’est les vampires. Mais le genre de vampire auxquelles vous vous attendez, ce ne sont pas des vampires tout mignons comme on peut le voir dans certains romans, films ou séries. Là, nous avons plus affaire aux genre de vampire de Buffy. Quoi ? Comment ça vous connaissez pas Buffy ? Je suis pas si vieille que ça pourtant !
                Bon, voici une petite photo pour mieux comprendre :

                Oui, pas très beau, hein ? Eh bien ceux dans le roman sont pires ! Ce qui change des BCBG ou des beaux gosses vampires à l’âmes torturées. Dans ce livre, il y en a un notamment, assez… féroce, et pour cause on le surnomme « l’imitateur de Jack L’Eventreur » (pas besoin d’explication pour ce surnom je pense), et justement c’est après lui quand à notre petite Samantha ! Elle le pourchasse dans sa ville natale, Londres, après que celui-ci est commis un meurtre Seulement voilà, c’est elle qui se retrouve piégée, et c’est à ce moment là que Samantha se retrouve en plein désert, aux Etats-Unis en 1888. Je ne vous en dirais pas plus pour ne pas trop vous spoiler.
                Samantha est téméraire, très téméraire voir même imprudente, mais c’est ce qui fait son charme, ça et son fort caractère de femme guerrière. Malheureusement, c’est son côté téméraire qui est la cause de sa téléportation, puisqu’elle s’est mise à la poursuite d’un vampire ayant tué aussi en 1888 des prostituées. Ce qui est plaisant avec Samantha, c’est qu’elle n’est pas comme toute les héroïne de roman vampirique : elle ne se jette pas dans les bras des vampires, mais les combats. Après je ne dis pas que si l’héroïne se jette dans les bras d’un vampire le livre sera mauvais ! Dans la saga « Chasseuse de la nuit » (qui est une de mes sagas préférées) Cat est en couple avec un vampire.
                Bref, tout ça pour dire que c’est un livre qui sort de l’ordinaire, étant donné son thème plus poussée, mais aussi grâce au lieu. Après avoir lu la dernière page et refermé le livre, je n’ai eu qu’une envie : lire la suite ! (Que j’ai d’ailleurs commandé)
                Attention cependant, pour les plus jeunes, il y a une scène un peu chaude vers la fin du livre, et des allusions assez poussées à certains moments.


Auteur: Tim O’Rourke
Edition: AdA
Parution : 2016
Pages :294

vendredi 1 juin 2018

Tais-toi, femme !


Synopsis :
Nina, vingt-quatre ans, est le stéréotype du paradoxe.

Invisible dans son milieu socio-professionnel, elle est en parallèle une blogueuse très influente de New York. Protégée derrière le pseudo « Equality Defender », elle mène depuis plusieurs années une lutte acharnée pour l’égalité des sexes.

Sur son lieu de travail, elle fait la connaissance de son nouveau patron, Nathaniel Carter, un homme dont le charisme est aussi démesuré que le machisme.

Le jour, Nina, femme soumise à la domination masculine, la nuit, « Equality Defender » virulente défenseur des droits des femmes : sa vie n’a jamais été aussi exaltante… et dangereuse.

Bien vite, elle se rend compte que son nouveau patron n’hésite pas à user de ses charmes pour mieux la rabaisser. Si dans un premier temps, Nina ressent une profonde aversion à son égard, elle va rapidement découvrir qu’un sentiment peut en cacher un autre.

Perdue au cœur de ce conflit intérieur, parviendra-t-elle à concilier ses deux identités sans devoir sacrifier tout ce pour quoi elle se bat ?

Une chose est sûre, le meilleur moyen de résister à la tentation : c’est d’y céder.
Avis :
J’ai découvert ce livre par hasard, en lisant un extrait sur un groupe Facebook, je ne sais pas pourquoi mais la première à laquelle j’ai pensé c’était : il faut que je l’achète. Je suis donc aller sur internet pour le trouver en format ebook, j’ai eu de la chance puisqu’il était en promo ! 0,99 euros au lieu de 5,99 il me semble, et tant mieux ! car pour moi, ce livre ne vaut pas ce prix. Vous l’aurez compris ce n’est pas une lecture que j’ai sus apprécier, elle n’était peut-être pas faite pour moi… Bien sûr cette chronique n’a absolument pas but de démonter l’auteur ou de vous dissuader de le lire, je partage simplement mon avis, car je trouve que c’est important de partager autant mes coup de cœurs mais aussi les livres que j’ai moins aimés, car malgré tous, certain passage m’on plus dans ce livre !

                Tout d’abord, je vais vous faire un petit résumé puis je vous exposerai les points qui m’ont déplut dans le roman, et ceux, qui a l’inverse, mon plu pour finir sur une bonne note !  
                Nous retrouvons Nina, femme assez effacée la journée, elle est en parallèle une bloggeuse très influente de New-York qui milite pour l’égalité homme-femme. Nina va faire la connaissance de son nouveau patron, rencontre qui va mal se passer puisque le dite patron -Nathaniel Carter, la prend de haut et l’humilie devant une dizaine de personne très influente de New-York.
                Problème, le meilleur ami de Nina est sous le charme de Nathaniel, alors celle-ci va devoir mettre de l’eau dans son vin pour le bien de son meilleur ami.

                Dans le résumé de la 4ème de couverture, on nous donne certains détails qui, je trouve, sont erronés, je ne peux pas vous dire lesquelles, mais il y en a certain qui ne sont pas vraiment arrivé. De ce fait, quand j’ai lu le résumé, j’ai tout de suite pensé à une romance Patron-Employée, mais finalement ça ne s’est pas tout à fait passé comme ça.
                Un autre point négatif, c’est dans le caractère de Nina que je trouve trop manipulatrice aux dépends des gens qu’elle (semble) aimer, et c’est vrai que ce côté manipulateur m’a passablement troublé pendant une partie du livre. Mais surtout à la fin où on apprend qu’elle a fait signer un certain papier à son patron.
                Dernier point négatif, que je ne peux pas trop vous développer puisque je vous dévoilerais une des intrigues du livres. Mais ce que je peux vous dire, c’est qu’autour du personnage de Nathan, il y a quelques incohérences, qui n’ont en rien gêné la lecture, mais qui on fait se poser quelques questions.

                Passons aux points positifs, car oui, malgré ce que j’ai dit, il y en a !
                Le premier, c’est le thème du livre : l’égalité homme-femme, jusque-là, je n’avais jamais lu de roman avec ce thème, et j’ai été assez contente pour le coup ! Car oui, il ne faut pas se leurrer, en 2018, il y a encore des inégalités homme-femme, et encore plus aux Etats-Unis (même si la France est pas mal de ce côté-là aussi).
                Le second point positif est la fin, je ne peux bien pas vous l’expliquer, mais cette fin et une fin tout à fait grandiose ! Mais je dois dire qu’elle m’a fait un peu mal au cœur pour un des personnages, qui s’est bien fait embobiner !

                Voilà, je vous le dis et re-dis, cette chronique est uniquement un avis personnel ! Je ne vous incite pas à ne pas acheter ce livre, et je n’ai rien contre l’auteur !

Auteur : Kentin Jarno
Edition : Butterfly
Parution : 16 mars 2018

Pages : 324

Comme une aurore dans la brume

Synopsis :     Sørjevik , Norvège, 871     Haakon est furieux. Son jarl et meilleur ami,  Loken , lui a imposé de s’occuper de la ...